Accueil Economie La classe moyenne sud-africaine est en grande difficulté

La classe moyenne sud-africaine est en grande difficulté

0
Source : Pixabay. La situation de la classe moyenne en Afrique du Sud

Le dernier indice de la dette de DebtBusters montre que les consommateurs sud-africains sont de plus en plus confrontés à des problèmes financiers alors que les gens se tournent vers le crédit non garanti pour compléter leurs chèques de paie. Les enquêtes du groupe au troisième trimestre montrent que le conseil en endettement a augmenté de 17 % par rapport à il y a un an.

De nombreux consommateurs recherchent désormais de l’aide de manière proactive, car ils ressentent l’impact des congés de paiement de fin 2020, a déclaré Benay Sager, responsable de DebtBusters. Il a ajouté que les séquelles de plusieurs blocages à l’échelle nationale et une diminution de la capacité d’emprunt se faisaient également sentir.

Une situation catastrophique

Il est clair que la situation de la dette des consommateurs sud-africains s’est encore détériorée récemment. En l’absence d’une augmentation significative de la croissance des revenus réels, les consommateurs sud-africains continuent de compléter leurs revenus avec davantage de crédits non garantis.

Ci-dessous une vidéo en anglais relatant la situation de la classe moyenne dans le pays :

Le montant moyen des prêts a augmenté de plus de 50 % en quelques années et le nombre de titres de créance a diminué de 19 % au cours de la même période, ce qui indique que les consommateurs recherchent de l’aide plus tôt.

La classe moyenne la plus touchée

Alors que le verrouillage a eu un impact sur tous les groupes de revenus, les données de DebtBusters montrent que la classe moyenne d’Afrique du Sud a été l’une des plus durement touchées.

Pour ceux qui gagnent plus de 20 000 rands par mois, le ratio dette totale/revenu net annuel est désormais de 145 %. En comparaison, le ratio moyen dette/revenu net est de 116 % dans toutes les tranches de revenu. En regardant les données mensuelles, ceux qui gagnent plus de 20 000 rands par mois doivent consacrer 60 % de leur revenu net mensuel au remboursement de la dette, selon l’indice de la dette du groupe au troisième trimestre 2021.

Source :