Accueil Culture La croissance de la médecine traditionnelle chinoise en Afrique menace la faune

La croissance de la médecine traditionnelle chinoise en Afrique menace la faune

0
Source : Pixabay. La médecine traditionnelle chinoise.

L’expansion de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) soutenue par Pékin dans de nombreux pays africains risque d’alimenter le commerce illégal d’espèces sauvages et menace l’avenir de certaines des espèces les plus menacées au monde, a averti un nouveau rapport.

La croissance du marché de la MTC, associée à la perception de l’Afrique comme une source potentielle d’ingrédients de la MTC, est une prescription en cas de catastrophe pour certaines espèces animales menacées, telles que les léopards, les pangolins et les rhinocéros, l’Environmental Investigation Agency basée à Londres (EIA), qui enquête sur la criminalité liée aux espèces sauvages et à l’environnement, a déclaré dans le rapport publié mercredi.

Des traitements à base de plantes

La Chine promeut la médecine traditionnelle, qui remonte à plus de 2 500 ans, aux côtés de son initiative phare « la Ceinture et la Route », qui développe des projets routiers, ferroviaires et d’autres grands projets d’infrastructure à travers l’Afrique.

Ci-dessous le potentiel de ce type de médecine en anglais :

Alors que la plupart des traitements sont à base de plantes, la demande de l’industrie a été accusée d’avoir poussé les animaux, y compris les pangolins et les rhinocéros, au bord de l’extinction.

Une menace pour la biodiversité

En fin de compte, la croissance sans entrave de la MTC constitue une menace sérieuse pour la biodiversité trouvée dans de nombreux pays africains, le tout au nom du profit à court terme. Toute utilisation d’espèces menacées dans la MTC pourrait potentiellement stimuler une demande supplémentaire, inciter à la criminalité liée aux espèces sauvages et finalement conduire à une surexploitation.

Alors que la Chine a cherché à sévir contre les espèces rares en médecine traditionnelle, il y en a encore qui prescrivent des remèdes tels que les aphrodisiaques ou pour traiter des maladies allant du cancer aux affections cutanées. Le statut d’une interdiction d’utilisation de cornes de rhinocéros et de parties de tigre imposée en 1993 et soudainement levée en 2018 avant que le gouvernement ne fasse un revirement apparent, reste incertain.