Accueil Economie Le Maroc assure à avenir financier prospère après sa réunion avec la...

Le Maroc assure à avenir financier prospère après sa réunion avec la ZLECAf

0
Source : Pixabay.

Le Maroc continue de prendre des mesures pour un avenir économique plus prospère en s’engageant dans la zone de libre-échange continentale africaine et en se concentrant sur les objectifs de l’Agenda 2063.

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a rencontré Wamkele Mene, le secrétaire général de la ZLECAf. Les deux ont parlé de l’engagement du Maroc à promouvoir le libre-échange sur le continent africain. Le Maroc a rejoint le bloc commercial de la ZLECAf le 1er janvier 2021. L’accord commercial est le plus important au monde avec 54 membres africains au total.

Un accord intéressant pour le Maroc

Semblable à l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le pacte commercial vise à éliminer les frontières pour une circulation plus fluide du commerce entre les nations africaines. Le partenariat a le potentiel d’injecter des milliards de dollars dans l’économie africaine, car de nombreux États membres bénéficient d’une abondance de ressources naturelles telles que les combustibles fossiles et les métaux précieux.

Ci-dessous une vidéo relatant cet accord :

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a noté cette vérité dans un discours du Nouvel An sur le thème de la ZLECAf, déclarant que l’Afrique réalisera son grand potentiel de ses abondantes ressources naturelles et humaines.

L’importance d’une telle coopération

Bourita a entamé la conversation en soulignant l’importance de la coopération internationale dans la promotion du libre-échange. En outre, Bourita a déclaré que les aspirations financières du Maroc sont conformes à l’objectif de la ZLECAf pour l’avenir, en particulier selon les objectifs de l’Agenda 2063.

Les objectifs de l’Agenda 2063 décrivent la ZLECAf et déclarent sa manifestation concrète de la campagne panafricaine pour le progrès, la liberté, l’autodétermination, l’unité et la prospérité collective poursuivie sous le panafricanisme et la renaissance africaine. Le Maroc vise à être un membre de premier plan de l’accord commercial en investissant dans l’avenir global des économies africaines.