Accueil Politique Présidentielle malienne : Aliou Diallo s’installe dans le fauteuil de favori

Présidentielle malienne : Aliou Diallo s’installe dans le fauteuil de favori

0

Trois mois après le premier sondage qui le mettait au coude à coude avec Soumaïla Cissé, Aliou Boubacar Diallo s’installe dans le fauteuil de favori pour la présidentielle de 2022 au Mali. Une nouvelle enquête de Statix le place en tête avec 27% des intentions de vote au premier tour.

Le Mali est engagé dans une transition politique depuis sept mois. Celle-ci doit prendre fin courant 2022 avec les élections générales, dont la présidentielle. Après le départ forcé d’Ibrahim Boubacar Keita (IBK) du pouvoir, le paysage politique s’est complètement recomposé dans le pays. Comme en témoigne un sondage du cabinet Statix réalisé en novembre 2020. Cette enquête a consacré Soumaïla Cissé et Aliou Boubacar Diallo favoris du scrutin présidentiel avec respectivement 26 et 25,5% des intentions de vote au premier tour. Loin derrière eux arrivaient l’ancien premier ministre et président du parti Yéléma, Moussa Mara (14%), et l’astrophysicien et également ancien Premier ministre Cheick Modibo Diarra (11,7%). Venaient ensuite Housseini Amion Guindo (8,2%) et Soumeylou Boubeye Maïga (6,2%).

Aliou Diallo et Moussa Mara prennent de la distance

Après le décès de Soumaïla Cissé le 25 décembre 2020, les positions ont légèrement bougé. En effet, une nouvelle étude du cabinet Statix effectué en février dernier place Aliou Boubacar Diallo en pole position. Le leader d’ADP-Maliba obtient 27% des intentions de vote au premier tour, très loin devant son poursuivant immédiat, Moussa Mara (17%). Cette différence de 10 points cache néanmoins une progression de 3 points de l’ancien premier ministre. Derrière Aliou Diallo et Moussa Mara se trouvent les anciens chefs de gouvernement Soumeylou Boubèye Maïga (9%), Modibo Sidibé (8%) et Cheick Modibo Diarra (8%). L’ex député et ministre des sports Housseini Amion Guindo arrive sixième avec 5%.

Ces deux enquêtes reposent sur les réponses de plus de 1500 Maliens âgés de plus de 18 ans. Ces électeurs ont répondu à la question suivante : « Si dimanche prochain devait se dérouler le premier tour de l’élection présidentielle de 2022, pour lequel des candidats suivants auriez-vous voté? ». Statix précise que ces sondages ne constituent pas un élément prédictif des résultats de la prochaine présidentielle. Cependant, ils représentent un baromètre permettant d’analyser les différents rapports de force actuels au Mali. Ainsi, à moins qu’intervienne un nouvel acteur (un élément de la junte par exemple), le prochain scrutin devrait se jouer entre Aliou Diallo et Moussa Mara.

Consensus et de dialogue, crédo du milliardaire

Aliou Diallo reste, toutefois, le plus grand favori aux yeux des observateurs nationaux et internationaux. Il doit ce statut à sa personnalité et sa vision pour le Mali. En effet, le leader d’ADP-Maliba se présente comme un homme de consensus et de dialogue dans un pays déchiré par les querelles politiques. Toujours au-dessus de la mêlée, il participe aux initiatives pour la paix comme le Dialogue national inclusif (DNI), une initiative largement boycottée par l’opposition en décembre 2019. Aussi, propose-t-il régulièrement des solutions pour une sortie de crise au Mali, comme lors du soulèvement populaire de juillet et août dernier. Par ailleurs, Aliou Diallo est pratiquement le seul homme politique malien à œuvrer pour l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens, à travers sa fondation Maliba. Celle-ci réhabilite des écoles et des marchés, forme des femmes à l’entrepreneuriat ou appuie les agents de l’Etat.

Des projets pour les jeunes et les femmes

Pour le scrutin de 2022, Aliou Diallo peut compter sur son plan Marshall pour le Mali. Potentiellement doté de 15.000 milliards de Francs CFA, ce gigantesque programme vise le développement harmonieux des régions du Mali par la construction des infrastructures socio-économiques (écoles, ponts, routes, usines, hôpitaux, etc.). Il prévoit également la création de dizaines de milliers d’entreprises grâce au financement des jeunes et des femmes. Le PDG d’Hydroma reste convaincu que c’est l’entrepreneuriat qui permettra aux femmes de s’autonomiser et gagner leurs droits. L’entrepreneuriat réduira aussi drastiquement la pauvreté et le chômage parmi les jeunes, qui s’engagent par milliers sur les routes périlleuses de l’immigration clandestine.