Accueil Politique Des manifestations éclatent en Afrique du Sud à cause d’une annonce de...

Des manifestations éclatent en Afrique du Sud à cause d’une annonce de TRESemmé

0
Source : Pixabay. Une publicité controversée provoque de manifestations.

Deux publicités, l’une montrant les cheveux d’une femme noire les qualifiant de « crépus et ternes », l’autre montrant des cheveux blonds, les qualifiant de « fins et plats » et « normaux » ont déclenché des manifestations dans l’un des établissements sud-africains, les plus grandes pharmacies de détail.

Le contenu et les images de la publicité ont été fournis au détaillant Clicks par l’un de leurs fournisseurs, TRESemmé, une marque américaine de produits de soins capillaires. La société a présenté des excuses dans un communiqué publié lundi et a déclaré qu’elle avait supprimé les images, qui vont à l’encontre de tout ce en quoi ils croient, ajoutant qu’elle ne tolère pas le racisme.

Une manifestation devenue politique

Les manifestations, toujours en cours, sont dirigées par le parti d’opposition EFF (Economic Freedom Fighters) qui a utilisé les médias sociaux pour dénoncer les publicités comme racistes et déshumanisantes.

Ci-dessous une vidéo en anglais relatant ces faits :

L’homme politique sud-africain, Julius Malema, a formé l’EFF en 2013 et a été à l’avant-garde des manifestations contre Clicks, appelant à la fermeture définitive de tous ses magasins. Dans un communiqué, il a déclaré que la publicité insinuait que les Noirs et leurs identités étaient inférieurs à ceux des Blancs.

Le magasin, la cible des manifestants

Clicks a déclaré que 425 de ses magasins avaient été ciblés, de nombreux Sud-Africains de premier plan se rendant également sur les réseaux sociaux pour commenter l’annonce. Les médias locaux ont également rapporté qu’un groupe de personnes avait lancé une bombe à essence dans l’un de ses magasins à Emalahleni, une municipalité locale dans ce pays d’Afrique australe.

Dans un pays où la foi en la politique et les politiciens est constamment remise en question en raison de la corruption généralisée, certains Sud-Africains en ligne, même des partisans de l’EFF, craignent que le leadership du parti dans les manifestations contre Clicks ne nuise au véritable problème du racisme.

Source :