Accueil Economie Une solution aux inégalités raciales en Afrique du Sud

Une solution aux inégalités raciales en Afrique du Sud

0
Source : Pixabay. Les inégalités en Afrique du Sud.

Les plus grandes entreprises sud-africaines pensent avoir la solution à l’inégalité raciale qui a déchiré le pays depuis la fin de l’apartheid il y a un quart de siècle : faire croître l’économie. Le débat sur l’intégration d’un plus grand nombre de Noirs sud-africains dans l’une des sociétés les plus inégales du monde est propulsé au milieu des manifestations antiracistes déclenchées par le mouvement Black Lives Matter.

Cela survient également lorsque la pandémie de coronavirus révèle le fossé entre riches et pauvres dans un pays où les ménages blancs gagnent cinq fois plus que leurs homologues noirs, selon les données du gouvernement.

Ré-imaginer la transformation

Mais avoir des politiques dirigées par des tableaux de bord a conduit à une approche de case à cocher. L’impact n’a pas été retenu ni durable. Le besoin de ré-imaginer à quoi ressemblerait le succès transformationnel dans le futur est maintenant.

Voici une vidéo parlant des inégalités raciales :

L’Association for Savings and Investment South Africa (Asisa), qui représente une industrie supervisant 387 milliards de dollars d’actifs, construit un pipeline de futurs gestionnaires de fonds en formant davantage d’analystes qui peuvent devenir des gestionnaires de portefeuille, selon un rapport de juin. Le nombre de gestionnaires de portefeuille noirs, qui, selon la définition d’Asisa, inclut les personnes de couleur, ou de race mixte, et ceux d’origine indienne, est passé à 29 % au lieu de 26 %, tandis que 63 % des analystes financiers sont désormais noirs contre 51 % en 2015.

Une situation très inquiétante

Le chômage des Noirs sud-africains était de 33,8 % au premier trimestre de cette année, contre 8,1 % pour les Blancs et un taux de chômage global de 30,1 %.

Les inégalités se sont aggravées depuis 2000, alors même que les pairs des marchés émergents d’Afrique du Sud ont amélioré leur écart de revenu, selon le Fonds monétaire international.

Source :