Accueil Politique Le Nigéria commence à rapatrier ses ressortissants d’Afrique du Sud

Le Nigéria commence à rapatrier ses ressortissants d’Afrique du Sud

0
Source : Pixabay. Les violences sont meurtrières en Afrique du Sud.

Le Nigéria a entamé le processus de rapatriement de plus de 600 de ses citoyens d’Afrique du Sud à la suite d’une vague d’attaques xénophobes meurtrières qui a terni les relations entre les deux pays. La compagnie aérienne privée Air Peace a transporté gratuitement les gens.

Au moins 320 Nigérians ont été envoyés mercredi, et un deuxième vol est prévu aujourd’hui. Au moins 640 Nigérians se sont inscrits pour les vols. Parmi les 600 personnes qui devaient partir, au moins la moitié d’entre elles étaient déjà présentes à l’aéroport, tandis qu’un petit groupe de personnes ont été refoulés en raison d’une formalité incomplète.

Des violences meurtrières

Le rapatriement a eu lieu après que des émeutes meurtrières à Pretoria et à Johannesburg ont tué au moins 12 personnes, dont deux étrangers, et visaient 1 000 entreprises sous contrôle étranger. La violence a provoqué un tollé international et des appels au boycott.

Voici une vidéo montrant ces violences :

Les attaques de représailles au Nigéria ont forcé les entreprises sud-africaines à fermer leurs portes tandis que l’ambassade de l’Afrique du Sud à Lagos a aussi décidé de ne pas ouvrir. Les personnes qui sont encore en Afrique du Sud devront se rendre au consulat du Nigéria pour obtenir le bon document qui leur permettra de voyager.

La police en état d’alerte

Ce n’est pas la première fois que des étrangers sont attaqués en Afrique du Sud. En 2008, au moins 62 personnes, y compris des Sud-africains, ont été tuées, tandis que la violence meurtrière et les pillages dirigés contre des magasins appartenant à des étrangers ont fait sept morts en 2015.

Les causes profondes de la dernière vague de violence ne sont toujours pas claires, mais des rapports suggèrent que cela est lié au taux de chômage élevé, à la criminalité et à la pauvreté dans le pays. Environ 700 personnes seraient hébergées dans des abris temporaires à Johannesburg.

Source :

Aljazeera