Accueil Economie Pourquoi l’Afrique du Sud a besoin d’un socialisme démocratique ?

Pourquoi l’Afrique du Sud a besoin d’un socialisme démocratique ?

0
PARTAGER
Source : Pixabay. La démocratie en Afrique du Sud.

Après 20 ans au pouvoir, on pourrait s’attendre à ce que le Congrès national africain, le parti qui a amené les Sud-africains au massacre de Marikana, à un taux de chômage de 40 %, à des coupures de courant de six heures, à une gouvernance systématique rompue, à la corruption de Jacob Zuma et plus, serait sur les cordes.

Mais pour une raison quelconque, l’opposition n’a pas été en mesure de tirer profit de cela. Lorsque les résultats des élections de la semaine dernière ont été annoncés, l’ANC a toujours remporté avec une nette majorité et huit provinces sur neuf. Malgré les dégâts infligés par l’ANC à son pays, son opposition ne représente toujours pas une menace politique.

Pourquoi une alternative sérieuse à l’ANC n’est-elle pas apparue ?

Pendant ces dernières années, de nombreuses personnes de gauche ont estimé que la construction d’une alternative exigerait de la société civile, des organisations non gouvernementales et des mouvements sociaux sud-africains de créer un pouvoir compensateur en dehors du gouvernement pour obliger l’ANC à rendre des comptes.

Ci-dessous une vidéo annonçant la victoire de l’ANC :

Malheureusement, cela n’a pas été le cas. La réponse courte est que la politique sud-africaine a besoin de toute urgence d’une injection d’énergie électorale de la gauche, un courant politique qui parle dans une langue qui résonne avec les électeurs, rejette toute forme de chauvinisme et embrasse la démocratie.

Quel parti a plus de chance ?

Le soutien du deuxième part, l’Alliance démocratique, a réussi à recueillir environ 20,77 % des voix, mais n’a remporté aucune province en dehors de son fief à Cape. L’AD est encore plus moribond que l’ANC.

Le parti n’offre que des discours vagues, des cascades peu coûteuses et des opportunités. Le choc des élections a été la perte de voix de l’AD contre le parti nationaliste africain de droite, le Freedom Front Plus. Le FF Plus s’oppose à l’action positive, nie les effets de l’apartheid et s’oppose à tout prix à la réforme agraire.

Source :

Jacobinmag