Accueil Economie L’Union Bank au Nigeria menace de fermeture des comptes liés aux crypto-monnaies

L’Union Bank au Nigeria menace de fermeture des comptes liés aux crypto-monnaies

0
PARTAGER
Source : Pixabay. Une banque nigériane menace de fermer les comptes liés aux crypto-monnaies.

Une grande banque commerciale au Nigeria a menacé de fermer un grand nombre de comptes liés aux crypto-devises. Cette institution n’a pas donné d’explications à cette décision. Union Bank, basée à Lagos, a affirmé que cela a été pris après les avertissements de la banque centrale du pays concernant le commerce de crypto-monnaies.

Des clients en panique au Nigeria

Dans une déclaration aux titulaires de comptes cette semaine, Union Bank a averti qu’afin de garantir la sécurité des fonds de ses clients, la banque surveillera les comptes utilisés pour des transactions de devises numériques et peut imposer des restrictions, y compris la fermeture des comptes. La banque vieille de 100 ans, qui dispose d’un actif de 3,84 milliards de dollars, a cité une série de mises en garde de la banque centrale nigérienne, qui apparemment n’interdisent pas complètement le commerce de devises virtuelles.

Voici une vidéo en anglais relatant les 100 ans de cette banque :

En janvier 2017, la banque centrale a publié une circulaire aux institutions financières leur demandant de ne pas utiliser, détenir ou échanger des crypto-monnaies avant la mise en place d’une réglementation. Le même avertissement a été réitéré en février 2018, avec un ajout indiquant que les devises virtuelles n’ont pas cours légal au Nigéria. Cependant, la décision soudaine prise par l’Union Bank de surveiller ses comptes a ébranlé le secteur des actifs numériques du pays d’Afrique de l’Ouest, le plus important du continent.

Réglementation anti-blanchiment ?

Il est difficile de comprendre la motivation derrière l’assaut inattendu de l’Union Bank sur des comptes liés aux crypto-devises. La question est encore moins claire à la lumière des avertissements de la banque centrale, puisque aucun d’entre eux n’a explicitement déclaré que les transactions de devises virtuelles étaient illégales.

Selon Munachi Ogueke, cofondateur de Cryset LLC, une plateforme de trading de Bitcoin basée à Lagos, la banque centrale du pays aurait peut-être donné carte blanche  aux banques commerciales pour la fermeture des comptes des clients, à condition que leurs actions soient conformes aux règles anti-blanchiment.

Source :

NewsBitcoin

PARTAGER
Article précédentLes casinos à l’assaut du continent africain
Lalao Tiana
Je suis rédacteur web professionnel et chargé des contenus sur Afriquenligne.fr.