Accueil Politique Burkina Faso – Une grenade lancée contre des soldats français pour protester...

Burkina Faso – Une grenade lancée contre des soldats français pour protester la venue de Macron à Ouagadougou

28
0
PARTAGER

Emmanuel Macron a entamé le 27 et le 28 novembre sa tournée africaine au Burkina Faso afin de renforcer les relations d’amitié et de coopération entre la France et le « pays des hommes intègres ». Une visite qui s’est déroulée non sans heurt avec des projets de manifestations prévus à l’accueil du président français par l’Union Générale des étudiants burkinabé ou UGEB avec certaines associations afin de marquer cette visite avec une marche de protestation.

Une agression à la grenade sur un véhicule français à Ouagadougou

Deux heures avant que l’avion du président Macron atterrisse sur le sol burkinabé, des individus en cagoule et à moto ont lancé une grenade sur un véhicule français au nord d’Ouagadougou à proximité de l’aéroport. L’attaque qui n’a pas atteint le véhicule, mais a blessé grièvement 3 riverains n’a pas encore été revendiquée. Emmanuel Macron est arrivé à 22 h 30 à Ouagadougou et accueilli par le président Marc Christian Kabouré à sa descente d’avion. Son programme consistait à faire un discours à l’université Joseph Ki-Zerbo Ouaga I, visiter l’École primaire Lagem-Taaba et procéder à l’inauguration de la Centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli.

Des protestations contre l’ingérence française

Le matin du 28 novembre, les unités de la Compagnie Républicaine de Sécurité et la brigade anticriminalité avaient dû disperser à coup de lacrymogène plus de 300 manifestants tenant des pancartes. Ils étaient venus en masse pour marquer leur mécontentement face à l’impérialisme et le colonialisme français. Malgré cela, la rencontre entre le président Macron et les étudiants à l’intérieur s’était plutôt bien déroulée. Ce n’est pas tant sa visite officielle qui était en cause. Ils voulaient tout simplement accéder à l’université afin de mettre en exergue la cause des tensions avec la France entre autres le pillage des ressources naturelles en Afrique par des multinationales issues des pays impérialistes, la présence de l’armée française au Burkina et le franc CFA qu’ils qualifient de monnaie coloniale.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz