Accueil Economie Un tribunal sud-africain bloque l’exploration pétrolière de Shell

Un tribunal sud-africain bloque l’exploration pétrolière de Shell

0
Source : Pixabay. Schell a dû stopper ses projets d'exploration.

Un tribunal sud-africain a interrompu les tests sismiques du géant pétrolier Shell pour le pétrole et le gaz le long de la côte est du pays, dans l’attente d’une décision finale. La décision a été saluée par les écologistes qui craignent que le dynamitage ne nuise à la vie marine.

Shell a déclaré qu’elle avait suspendu ses opérations pendant qu’elle révisait le jugement. Le ministre sud-africain de l’Énergie, Gwede Mantashe, avait condamné les détracteurs du projet, affirmant qu’ils voulaient priver l’Afrique de ressources énergétiques.

Protéger la faune

Dans sa décision, le juge de la Haute Cour Gerald Bloem a déclaré que le droit de Shell d’explorer les eaux proches de la côte sauvage a été accordé sur la base d’un processus de consultation considérablement défectueux. Le littoral de 250 km de la province du Cap oriental est connu pour sa beauté naturelle et sa vie marine.

Ci-dessous une vidéo en anglais relatant cette nouvelle :

Les militants ont fait valoir que de nombreuses créatures marines, y compris les baleines, les dauphins et les phoques, seraient affectées par les tests sismiques. Les communautés locales, qui étaient également représentées dans l’affaire, ont déclaré que leurs droits coutumiers sur la terre et la pêche n’avaient pas été respectés.

Des travaux de détection déjà entamés

La société pétrolière avait déjà entamé des recherches début décembre sur une surface de près de 6 000 km². Cela a été possible grâce à une décision antérieure du tribunal. Dans cette affaire, le juge a déclaré que ceux qui voulaient empêcher l’enquête n’avaient pas fourni suffisamment de preuves pour démontrer les dommages environnementaux.

Dans la décision de mardi, le juge Bloem a déclaré que des experts avaient témoigné des dommages que les tests pourraient causer et que Shell n’avait pas suffisamment contesté cela. Katherine Robinson de l’organisation non gouvernementale Natural Justice a déclaré que la décision était une énorme victoire, mais a ajouté que la lutte n’est pas terminée.

Source :