Accueil Economie Covid-19 : le Maroc va envoyer une aide médicale vitale à la...

Covid-19 : le Maroc va envoyer une aide médicale vitale à la Tunisie

0
Source : Pixabay. Le coronavirus se répend en Tunisie.

Le Maroc a annoncé qu’il fournirait une assistance médicale à la Tunisie, alors que les taux de COVID-19 continuent d’augmenter dans ce pays d’Afrique du Nord. Le Maroc prévoit de fournir deux unités de réanimation complètes et autonomes d’une capacité de 100 lits pour le peuple tunisien, a indiqué le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué placé sous la direction du roi Mohammed VI.

Le Maroc enverra 100 respirateurs et deux générateurs d’oxygène. Chaque générateur d’oxygène aurait la capacité de générer jusqu’à 33 mètres cubes d’oxygène par heure. La Royal Air Force marocaine effectuera le transport de fournitures vers la Tunisie, selon l’annonce.

Le coronavirus se propage dans le pays

La Tunisie est actuellement au milieu d’une forte résurgence du COVID-19 qui affecte plusieurs pays du Maghreb. Les autorités médicales ont signalé plus de 8 500 nouveaux cas de COVID -19 rien que vendredi dernier, et le pays compte actuellement en moyenne 7 823 nouveaux cas signalés par jour au cours de la semaine dernière, selon des chercheurs de l’Université John Hopkins. Il s’agirait du taux quotidien d’infections le plus élevé que la Tunisie ait enregistré depuis le début de la pandémie en 2019.

Ci-dessous une vidéo relatant la situation dans le pays :

Les responsables de la santé sont particulièrement préoccupés par l’apparition de nouvelles variantes de COVID-19, dont les plus importantes sont connues sous le nom de souches « delta » et « lambda ».

Une crise majeure

Avec un taux de chômage national exceptionnellement élevé de 15 % et une industrie touristique stagnante en raison de la pandémie, de nombreux Tunisiens craignent que la résurgence des taux d’infection continue d’entraver la reprise économique du pays.

La Tunisie aurait imposé de nouvelles mesures de verrouillage pour freiner le pic, mais le pays a eu du mal à maîtriser les infections.