Accueil Politique L’armée algérienne accusée d’avoir tué des migrants soudanais

L’armée algérienne accusée d’avoir tué des migrants soudanais

0
Source : Pixabay. L'armée algérienne tue des migrants soudanais.

Une vidéo disponible sur YouTube a permis de révéler les actes perpétrés par l’armée algérienne. On y voit en effet les forces de l’ordre tuer des migrants soudanais. Ils sont tous soudanais, musulmans. Ce sont de simples migrants tués par des Algériens. Un musulman qui tue un musulman sans raison. Dieu interdit à un musulman de tuer un musulman… Je demande aux Algériens d’avoir peur de Dieu, dit l’homme derrière la caméra au milieu de ce qui semble être trois corps couverts.

C’est la seule preuve de violence envers les migrants à la frontière algérienne dans ce cas, mais elle est révélée à la suite d’un flux constant d’allégations de violence contre l’armée algérienne.

Une situation désastreuse

Selon Human Rights Watch, octobre 2020 en particulier a vu l’Algérie expulser des milliers de demandeurs d’asile, dont beaucoup étaient des enfants, vers le Niger avec peu de considération pour une procédure régulière.

Ci-dessous la vidéo relatant ces faits :

Entre janvier et octobre 2020, les autorités algériennes ont expulsé plus de 17 000 migrants, les expulsions se poursuivant même au milieu de la fermeture des frontières en raison de la pandémie de COVID-19. Au cours de cette période, l’armée algérienne a abandonné plus de 8 100 migrants dans le désert à la frontière, dans l’espoir qu’ils puissent marcher en toute sécurité jusqu’au Niger.

La politique de l’Algérie

Pendant des années, l’Algérie a été critiquée pour son expulsion injuste, irrégulière et arbitraire de migrants de la frontière sud. Il y a eu un manque flagrant de respect de l’obligation internationale d’évaluer le sort des réfugiés au cas par cas.

L’expulsion violente d’Algérie a entraîné la mort de plusieurs migrants au fil des ans. Les ONG locales et les personnes expulsées par l’armée algérienne ont signalé à plusieurs reprises des passages à tabac et d’autres abus violents contre les migrants.