Accueil Santé Le développement des produits pharmaceutiques contrefaits en Afrique de l’Ouest

Le développement des produits pharmaceutiques contrefaits en Afrique de l’Ouest

0
Source : Pixabay. Développement des médicaments contrefaits en Afrique de l'Ouest.

La contrefaçon de produits pharmaceutiques se développe en Afrique de l’Ouest. Face à cela, des organismes mis en place pour la lutte contre ce marché cherchent à éradiquer cette industrie dans cette région. Il est rare d’avoir une conversation au Nigéria sur le problème de la médecine falsifiée sans mentionner la tragédie du sirop My Pikin.

84 enfants ont trouvé la mort en consommant des sirops contenant du diéthylène glycol en 2009. Il s’agit d’un solvant industriel qui est composé de liquide de frein et d’antigel. Les personnes responsables de cette contrefaçon ont été arrêtées et jugées coupables par le tribunal.

Des médicaments contrefaits

Cette affaire a fait la une des journaux, car la vente de médicaments contrefaits était une situation très rare au Nigéria. Selon le Dr Roberts, maître de conférences à l’hôpital universitaire de Lagos, son hôpital a de la chance que leur approvisionnement soit fait par des fournisseurs de confiance. Malgré cela, certains patients ont toujours recours à des médicaments contrefaits.

Ci-dessous une vidéo en anglais relatant cette triste nouvelle :

Elle craint qu’il n’y en ait plus dans les mois à venir en raison de l’effet de Covid-19 sur l’approvisionnement en médicaments au Nigéria. Il y a des pénuries imminentes de médicaments contre le cancer, antibiotiques, a déclaré le Dr Roberts.

Des réseaux puissants

L’absence de surveillance réglementaire est l’une des raisons pour lesquelles la région attire un grand nombre de criminels peu scrupuleux qui cherchent à se faire de l’argent sur des produits essentiels à la santé des gens. Et en Afrique de l’Ouest, c’est une grande entreprise. L’envoi comprenait des quantités importantes de dexaméthasone contrefaite, un médicament censé traiter les symptômes graves de Covid-19.

La même semaine, il a également intercepté 920 000 faux comprimés de tramadol à l’aéroport de Lagos, en provenance de la ville principale de l’Inde, Mumbai. Ces médicaments étaient probablement destinés à fournir le marché du nord du Nigéria. Dans cette région, ces produits sont très populaires.

Source :