Accueil Société Mauritanie : Mohamed Ould Bouamatou face au défi de la reconstruction

Mauritanie : Mohamed Ould Bouamatou face au défi de la reconstruction

0

Revenu en Mauritanie il y a tout juste trois mois, Mohamed Ould Bouamatou doit déjà faire face à la reconstruction économique de son pays fragilisé par dix années d’autocratie et par la pandémie du coronavirus. Il s’agira pour lui de soutenir les actions du gouvernement à travers son empire industriel : le groupe BSA.

Le milliardaire mauritanien Mohamed Ould Bouamatou est rentré au pays natal le 11 mars dernier, après dix années d’exil sous le régime d’Abdel Aziz. Il avait bénéficié de l’abandon, par le nouveau pouvoir, du mandat d’arrêt international le visant. Deux mois plus tard, un tribunal de Nouakchott a prononcé un non-lieu dans une affaire de corruption présumée en 2017.

Désormais définitivement libre, le riche banquier peut se consacrer pleinement à ses activités. Celles-ci concernent essentiellement son groupe BSA, qui compte plusieurs filiales opérant dans divers secteurs. Il s’agit notamment de la banque (la Générale de Banque de Mauritanie), de l’assurance (Assurance Générale de Mauritanie), de l’agroalimentaire (Copral), de la construction (BSA Ciment) des mines (BSA Mines) et de la téléphonie (Mattel).

Mohamed Ould Bouamatou toujours au chevet de son pays

Aujourd’hui, Bouamatou compte mettre cet empire financier au service de la reconstruction économique et social de son pays, durement touché par la pandémie du coronavirus. Vendredi dernier, le Président de la République Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a lancé l’opération de transferts monétaires (200 millions d’Ouguiyas) au profit de plus de deux cents mille ménages pauvres. Bien qu’elle soit importante, cette initiative ne devrait pas suffire dans un pays classé parmi les plus pauvres du monde.

Mohamed Ould Bouamatou devrait donc constituer un soutien précieux au gouvernement. Dès son retour en Mauritanie, il y a trois mois, le milliardaire avait déjà contribué à la lutte contre la pandémie du Covid-19 à hauteur d’un milliard d’Ouguiyas. Il avait en outre appelé ses pairs à en faire autant. Ce qui a permis de débloquer d’importants capitaux. Les Mauritaniens espèrent à présent que le patron du groupe BSA pourra agir à nouveau pour la relance économique.

En tant que fondateur d’un empire financier incomparable en Mauritanie, Bouamatou peut effectivement remettre à flot l’économie nationale à travers des investissements et à la mobilisation de partenaires internationaux (il a un carnet d’adresses). Depuis des années, Bouamatou apporte de gros financements dans de nombreux secteurs d’activité via ses entreprises. Ce patriotisme « économique » lui a d’ailleurs valu une distinction de l’Etat mauritanien en décembre 2019, alors qu’il était encore en exil.

Le groupe BSA, l’un des piliers de l’économie mauritanienne

Sa fille Leila Bouamatou, qui assure la direction de la Générale de Banque de Mauritanie (GBM) a déjà annoncé le financement de projets féminins, à l’occasion de la journée internationale des femmes le 8 mars dernier. Banque spécialisée en affaires, la GBM permet notamment aux opérateurs de la filière de commercialisation du poisson de disposer de « Lettres de Crédit » ou « Crédit Documentaire » prouvant un engagement de paiement souscrit par la Banque d’un acheteur vis-à-vis du vendeur.

Mohamed Ould Bouamatou peut en outre s’appuyer sur des structures spécialisées de son empire telles que BSA Gaz, BSA Mines, BSA Technologies et BSA Niger. Avec sa présence au pays, toutes ces entreprises pourraient à nouveau doper la croissance économique mauritanienne et surtout créer de nombreux emplois pour les jeunes. Mais ce que souhaite avant tout Bouamatou, c’est de promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes, seule véritable solution au problème de l’emploi.

Recevez les meilleurs articles par email chaque mardi et jeudi
+ +