Accueil Politique Pourquoi l’Égypte cherche-t-elle une force militaire africaine ?

Pourquoi l’Égypte cherche-t-elle une force militaire africaine ?

0
Source : Pixabay. La formation d'une force militaire commune en Afrique.

Lors du sommet de l’union africaine en Éthiopie, le 9 février, le président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi a présenté une proposition visant à établir une force militaire africaine commune pour lutter contre le terrorisme. Les défis les plus importants auxquels l’Afrique a été confrontée au cours de l’année écoulée, étaient les conflits en cours et les dangers croissants du terrorisme.

En février 2019, l’Égypte a assumé la présidence de l’UA pendant un an, puis l’a confiée à l’Afrique du Sud ce mois-ci. Les dirigeants africains ont écouté attentivement la proposition. Le continent possède les capacités nécessaires pour former une force militaire commune, mais une coordination doit être effectuée afin de mettre en œuvre la proposition.

La lutte contre le terrorisme

La lutte contre le terrorisme ne se limite pas seulement au côté militaire, mais comprend aussi l’échange d’informations sur la formation et la sécurité, ainsi que l’expertise militaire entre les pays membres.

Voici une vidéo en anglais montrant les plus grandes forces militaires d’Afrique :

L’Égypte a récemment cherché à renforcer sa présence sur le continent africain à travers les axes militaires et de sécurité, et la proposition égyptienne de créer une force militaire de lutte contre le terrorisme a coïncidé avec la réunion des chefs d’état-major des armées des cinq pays du Sahel.

Une réunion importante

La réunion a permis de discuter des mécanismes pour renforcer la coopération entre les cinq pays dans la lutte contre le terrorisme et l’échange d’expériences dans les domaines de la sécurité et de la défense.

En juin 2018, l’Égypte a annoncé la création d’un centre régional de lutte contre le terrorisme. Les observateurs estiment que la proposition égyptienne vise à faire face à la présence militaire turque dans certains pays africains tels que la Somalie et la Libye. En 2017, la Turquie a établi une grande base militaire dans la capitale somalienne, Mogadiscio, pour un coût d’environ 50 millions de dollars.

Source :

AlMonitor