Accueil Société Lutte contre la malnutrition : la princesse de Jordanie reçue en Côte d’Ivoire

Lutte contre la malnutrition : la princesse de Jordanie reçue en Côte d’Ivoire

0
PARTAGER

En tournée dans les pays sahéliens, la princesse Sarah Zeid a fait un crochet par Abidjan afin de rassembler tous les efforts dans la lutte contre la faim et la malnutrition. À cette occasion, elle a rencontré la Première Dame Dominique Nouvian Ouattara.

« Sa présence seule nous apporte beaucoup ». C’est avec ces mots qu’Eugène Aka Aouélé, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique de Côte d’Ivoire, a salué la visite de la princesse de Jordanie. Initialement prévue dans les pays du Sahel, la tournée initiée par Sarah Zeid a aussi donné lieu à une visite en Côte d’Ivoire. Un changement de programme qui constitue pour M. Aouélé, « une exception extrêmement positive » pour le pays, qui « gagne en matière de communication et d’image ».

Même son de cloche du côté de la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Ramata Bakayoko-Ly, pour qui le voyage de la princesse Sarah Zeid « est très important dans la mesure où elle permettra, par son plaidoyer et son engagement, de mobiliser des ressources pour le Centre d’Excellence Régionale contre la Faim et la Malnutrition (CERFAM) ».

L’épouse du prince Zeid Raad al-Hussein est en effet conseillère du Programme alimentaire mondial (PAM). Créé en 1963, cet organisme d’aide alimentaire de l’ONU est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde, notamment en délivrant une assistance alimentaire dans les situations d’urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Le programme a pour ambition d’accélérer la concrétisation de l’objectif « zéro faim » que s’est fixé la communauté internationale à 2030, de renforcer la capacité des pays à réduire l’incidence de la faim et d’encourager le partage de connaissances et la coopération sud-sud.

Plaidoyer auprès du secteur privé

Son Altesse Royale a ainsi consacré sa tournée, du 18 au 20 juillet, à étudier les déterminants de la malnutrition et plus précisément leur impact sur les femmes et les enfants. Sa venue en Côte d’Ivoire a été motivée par la volonté de s’imprégner des bonnes pratiques du CERFAM. Inauguré le 25 mars à Abidjan, le centre a pour mission de favoriser le partage d’expérience entre les pays du continent pour lutter contre la famine qui continue de progresser.

À cette occasion, la princesse de Jordanie a appelé le secteur privé ivoirien à adresser des dons au CERFAM, afin de soutenir les activités du centre en faveur des pays sahéliens.

La princesse de Jordanie a fait de la sensibilisation de l’opinion publique quant aux besoins des femmes, des filles, des enfants ou encore des nouveaux-nés dans les contextes de crises humanitaires une priorité. Avant quitter Abidjan, elle a tenu à rencontrer la Première Dame Dominique Nouvian Ouattara qui, comme elle, est particulièrement engagée en faveur des populations vulnérables.

Deux femmes influentes pour un même combat

À l’origine de la fondation Children of Africa (créée en 1998), du Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (2012) ou encore de l’Hôpital Mère-Enfant de Bingerville (2018), Dominique Nouvian Ouattara multiplie les initiatives en faveur des femmes et des plus jeunes. Ses combats contre l’exploitation des enfants, en faveur de l’autonomisation financière des femmes et pour l’amélioration de l’accès aux soins, à l’éducation et à la culture sont connus de l’ensemble de la classe politique et de la société civile en Côte d’Ivoire et au-delà.

La Première Dame ivoirienne a pu partager son expérience avec la princesse de Jordanie, qui cherchait à identifier toutes les forces en présence pour endiguer le fléau de la faim. Sarah Zeid en a profité pour visité l’Hôpital Mère-Enfant Dominique Ouattara de Bingerville vendredi 19 juillet. Accompagnée des ministres Eugène Aka Aouélé et Ramata Bakayoko-Ly, elle a découvert différents services de l’établissement et a échangé avec les équipes, médecins, infirmiers et aides-soignants, qui assurent au quotidien une prise en charge optimale des patients.

PARTAGER
Article précédentExode massif de jeunes enseignants d’Afrique du Sud
Sofiane
Rédacteur web pour Afriquenligne.fr et passionné par l'actualité et les médias.