Accueil Economie La démocratie et la sécurité en Afrique dépendent du Nigéria

La démocratie et la sécurité en Afrique dépendent du Nigéria

0
PARTAGER
Source : Wikimedia Commons. La rencontre entre Muhammadu Buhari et Donald Trump est capitale pour l'Afrique.

Lorsque le président nigérien Muhammadu Buhari a rencontré lundi le président Trump, ils ont notamment parlé de la sécurité et des investissements économiques qui aideront le continent à se développer. Ces domaines sont très importants pour les États-Unis qui souhaitent résoudre les problèmes de sécurité en Afrique. Les discussions se sont également portées sur les élections présidentielles de 2019 au Nigéria.

Le gouvernement américain voudrait s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité constante du Nigéria et pas seulement aux menaces sécuritaires actuelles. Il était tout à fait logique que le président Buhari soit le premier dirigeant africain à rencontrer Donald Trump. En effet, le Nigéria est sûrement le pays respectant le plus la démocratie en Afrique.

Le Nigéria, un partenaire clé pour les États-Unis

Le Nigéria est un exemple en Afrique en termes de bonne gouvernance. De plus, il est le pays africain le plus développé économiquement. La population nigérienne est également en croissance rapide. Le Nigéria est en passe de devenir le 4e pays le plus peuplé au monde d’ici 2050.

Ci-dessous la vidéo illustrant cette rencontre :

C’est un véritable allié pour les États-Unis, à la fois sur le plan économique et dans le domaine de la sécurité. Les troupes de Boko Haram ont sévi dans les trois régions au nord-est du Nigéria. Par ailleurs, de nouveaux conflits entre les éleveurs et les fermiers s’intensifient dans le pays.

La lutte contre le terrorisme, un problème majeur pour le Nigéria

Même s’il y a eu des progrès important dans la lutte contre le terrorisme dans le pays, la situation est encore très difficile au Nigéria. Récemment, les médias locaux ont rapporté un autre attentat suicide à Maiduguri. Les autorités font leur maximum pour résoudre ce problème, mais la menace de Boko Haram est toujours importante.

En parallèle, il y a également les soucis en interne. Sans mesures significatives pour lutter contre la corruption, les conflits intercommunautaires, l’extrémisme et la criminalité continueront à miner les progrès de ce pays.

Source :

TheHill