Accueil Société Mali : les talents de la société civile pour redresser un pays...

Mali : les talents de la société civile pour redresser un pays exsangue ?

0
PARTAGER

 

http://e-decideurs.fr/wp-content/uploads/2018/02/mali-840x525.jpg

Le système politique malien semble aujourd’hui à bout de souffle. Le président Ibrahim Boubacar Keita symbolise à lui-seul la faillite de ce système, qui ne sert depuis trente ans que ses propres intérêts. Et si le peuple malien faisait le choix de l’audace et du changement véritable ? En dehors du marigot politicien, le pays recèle de personnalités talentueuses qui ont fait leurs preuves aux quatre coins du globe.

 

Petit tour d’horizon de quatre personnalités de la société civile, qui devraient jouer un rôle dans les mois à venir et pourraient représenter un nouveau souffle pour le pays. Et si le Mali élisait son Emmanuel Macron pour sortir de l’impasse ?

 

Cheick Modibo Diarra

 http://e-decideurs.fr/wp-content/uploads/2018/02/cmd_400x400-150x150.pngCheick Modibo Diarra est un astrophysicien de renommée mondiale né à Nioro du Sahel, au Mali, en 1952. Il est devenu célèbre en travaillant au service de la NASA, pour laquelle il a dirigé de nombreux projets, dont le programme éducatif Mars Exploration Program Education and Public Outreach (« Mars Outreach »).

Il a également participé aux projets Magellan vers Vénus, Ulysses vers les pôles du Soleil, Galileo vers Jupiter, ainsi que Mars Pathfinder vers la planète Mars. C’est lui qui a développé le site internet de la NASA, en 1996.

Respecté pour sa carrière et son intelligence au Mali, il s’est rapidement impliqué pour son pays et pour l’Afrique. Dès 1999, il demande à la NASA de travailler à mi-temps, afin de pouvoir développer sa « Fondation Pathfinder », pour l’éducation et le développement. Il lance, par la suite, la première université africaine connectée, ainsi qu’un laboratoire de recherche sur l’énergie solaire à Bamako.

Il a été nommé Premier ministre du Mali le 17 avril 2012, dans le cadre du gouvernement d'union nationale de transition. Il a été candidat malheureux, lors des dernières élections présidentielles, en 2013, mais il reste très apprécié et très influent dans son pays.

 

Mohamed Youssouf Bathily

 http://e-decideurs.fr/wp-content/uploads/2018/02/bath-150x150.jpgMohamed Youssouf Bathily, dit Ras Bath,  est un juriste de formation, qui s’est fait connaitre en animant une célèbre émission de radio, Cartes sur Tables.

Cet homme de 43 ans est adulé par une partie de la jeunesse malienne, qui le considère comme son porte-parole, ou même, selon certains, comme un “guide”. Ce tribun dispose d’un charisme important, qui lui permet de mobiliser et de convaincre les foules en les haranguant.

Son émission, diffusée sur Maliba FM, est enregistrée en Bambara, afin de toucher le plus de monde possible. Il y aborde tous les sujets politiques, économiques et sociaux de l’actualité, avec son regard acerbe et contestataire de militant.

En effet, Ras Bath, après avoir séduit sur la plateforme anti révision, a pris des engagements concrets en devenant président du Collectif pour la défense de la République (CDR).

Cette icône populaire, souvent comparée à IBK, ne souhaite pas s’impliquer personnellement dans la campagne. Son objectif sera de « détecter les bons candidats, qui pourront changer le système ».

 

Madani Tall

 http://e-decideurs.fr/wp-content/uploads/2018/02/madani-150x150.jpgMadani Tall est un économiste né à Bamako, en 1968 et qui s’est imposé depuis plusieurs années comme l’un des symboles de la nouvelle vague politique nationale.

Après une brillante carrière dans les finances, il lance en 2007 son association, Avenir et Développement du Mali (ADM), qui présente dès 2009 des candidats aux élections communales, dont Madani Tall lui-même, qui est élu conseiller communal dans le Pays Dogon. L’association connait immédiatement un succès populaire, avec plus de 100 conseillers élus (350 aujourd’hui).

En 2010, Madani Tall franchit un cap et transforme son association en parti politique.

Sa politique de proximité, son approche sociale et ses messages rassurants lui valent une estime populaire malienne, renforcée par sa capacité à aller au contact des populations.

En 2013, il avait mis en place tous les éléments nécessaires à sa candidature pour l’élection présidentielle. Il a décidé dans les derniers mois de ne pas se présenter, sans donner d’explication vraiment convaincante. Les Maliens attendent toujours beaucoup de lui.

 

Aliou Boubacar Diallo

 http://e-decideurs.fr/wp-content/uploads/2018/02/aliou-boubacar-diallo-150x150.jpgAliou Boubacar Diallo est un homme d’affaires, né le 18 novembre 1959 à Kayes. Il est le PDG de Wassoul'or et le fondateur de Petroma, société avec laquelle il pourrait bouleverser l’équilibre énergétique mondial.

En 2002, il est élu président-directeur général de Wassoul'or, dont les capitaux sont essentiellement nationaux et qui a été la première société à avoir exploité une mine d'or industrielle au Mali.

Depuis 2006, Aliou Boubacar Diallo est également le président de Petroma Inc une entreprise qui recherche le gaz et le pétrole au Mali. Cette société est la première (et toujours la seule) à produire de l’hydrogène naturel au monde. Cette source d’énergie renouvelable et écologique qui pourrait révolutionner le marché mondial de l’énergie. Petroma distribue pour le moment gratuitement aux habitants des villages voisins l’électricité produite sur le site.

Impliqué au niveau économique et social, Aliou Boubacar Diallo est également à la tête de l’une des principales associations caritatives maliennes, la Fondation Maliba. Créée juste après le déclenchement de la guerre, la Fondation Maliba se veut un trait d’union entre les communautés pour défendre par l’unité du Mali par des actions concrètes, notamment en faveur des populations du Nord.

Aliou Boubacar Diallo a également lancé en 2012, un parti politique, ADP-Maliba, qui veut briser les codes traditionnels de la politique malienne en mettant les actions concrètes et les populations au cœur de ses actions.

 

Si ces quatre personnalités n’ont pas forcément vocation à se lancer dans la course à la présidentielle cette année, elles représentent à coup sûr l’avenir politique d’un Mali mettant un coup de balai salutaire à une classe politique qui a échoué dans toutes ses entreprises hormis celle de se remplir les poches au détriment du Peuple.

Selon plusieurs observateurs, la société civile discute intensément ces dernières semaines pour proposer, avec une partie de l’opposition, une candidature unique pour la présidentielle. Le nom d’Aliou Boubacar Diallo revient avec insistance pour fédérer ces synergies et ces compétences.