Accueil Société Selon des ONG, plus de 350 millions d’enfants vivent dans des zones...

Selon des ONG, plus de 350 millions d’enfants vivent dans des zones de conflit

0
PARTAGER
Enfants syriens/Source : Pxhere

Aujourd’hui, selon l’ONG Save the Children, il y a de plus en plus d’enfants qui vivent dans des zones de conflit où ils risquent la mort au quotidien. L’ONG souligne que les pays comme la Syrie, l’Afghanistan et la Somalie sont les pires endroits pour les jeunes enfants.

« Un enfant sur dix grandit dans des zones de conflit »

Dans un tout récent rapport, Save the Children a déclaré qu’au moins 357 millions d’enfants, soit un sur dix dans le monde, vivaient dans des zones de conflit. Il s’agit d’une augmentation de 75 % depuis le début des années 1990. Selon Save the Children, l’urbanisation accrue, les conflits qui s’éternisent et l’augmentation du nombre d’écoles et d’hôpitaux ciblés par des attaques extrémistes ont renforcé le danger pour les enfants. Parmi les autres menaces citées par Save the Children, il y a les enlèvements et les violences sexuelles. « Nous constatons une augmentation inquiétante du nombre de jeunes enfants qui grandissent dans des régions où règnent les conflits et qui sont confrontés à de nombreuses formes de violence », a déclaré Helle Thorning-Schmidt, directrice générale de l’ONG.

Siège de Save the Children/Source : Wikimedia Commons/WestportWiki

« Les chiffres réels sont susceptibles d’être beaucoup plus élevés »

Les statistiques de l’ONU montrent que plus de 70 000 enfants sont morts ou mutilés dans plus d’une vingtaine de conflits depuis l’année 2005. Il s’agit de l’année où les Nations unies ont commencé à compiler de telles statistiques. De plus, depuis 2010, le nombre de cas d’enfants tués et mutilés ayant fait l’objet d’une vérification a augmenté de près de 300 %. Les ONG présentes sur le terrain affirment que les chiffres réels sont susceptibles d’être beaucoup plus élevés étant donné la difficulté de vérifier les faits dans les zones de conflit.

Save the Children a déclaré que l’aggravation de la situation des enfants dans les zones de conflit était due à l’intensification des combats et à l’utilisation accrue de bombes. Enfin, parmi les chiffres révélés par l’ONG, les enfants du Moyen-Orient sont les plus susceptibles de vivre dans une zone de confit, avec deux enfants sur cinq qui sont impliqués. L’Afrique se trouve à la seconde position avec 20 % d’enfants qui vivent dans des zones déchirées par la guerre. En Somalie par exemple, les enfants sont la cible d’opérations d’enlèvement de la part des islamistes radicaux d’Al-Shabaab.

Source :

Africanews