Accueil Société Un conservationniste américain retrouvé mort au Kenya

Un conservationniste américain retrouvé mort au Kenya

0
PARTAGER
Les éléphants sont pourchassés pour leurs ivoires/Source : Publicdomainpictures

Un enquêteur américain spécialisé dans le commerce illégal d’ivoire et de cornes de rhinocéros a été retrouvé mort chez lui à Nairobi.

« Une très grande perte pour la conservation »

Esmond Bradley-Martin, 75 ans, avait passé une grande partie de sa vie à traquer les trafiquants d’ivoire et de cornes de rhinocéros, principalement en provenance d’Afrique vers les marchés asiatiques. « C’est une très grande perte pour la grande famille de la conservation », a déclaré Paula Kahumbu, directrice générale de Wildlife Direct, une organisation non gouvernementale qui s’occupe de la protection des éléphants au Kenya. Il est important de signaler qu’Esmond Bradley-Martin allait publier un rapport sur le déplacement du commerce de l’ivoire vers les pays voisins de la Chine, a ajouté Kahumbu.

Les cornes de rhinocéros sont très prisées sur le marché noir/Source : Pxhere

Rappel des faits

L’ancien envoyé spécial des États-Unis pour la conservation des rhinocéros a été retrouvé chez lui dimanche après-midi, ont indiqué des amis. L’enquête suit encore son cours et on ne connait pas encore tous les tenants et aboutissants de l’affaire. Par ailleurs, certaines personnes pensent à un braquage qui a mal tourné et d’autres à un assassinat commandité par des trafiquants. Il faut rappeler que le travail effectué par Bradley-Martin a joué un rôle dans la décision de la Chine d’interdire le commerce de cornes de rhinocéros en 1993. Il a également fait pression sur la Chine pour mettre fin aux ventes légales d’ivoire. Une interdiction qui est d’ailleurs entrée en vigueur le 1er janvier. Esmond Bradley-Martin est également un spécialiste du prix de l’ivoire et de la corne de rhinocéros, mais il a également mené des enquêtes secrètes sur le marché chinois et celui de l’Asie du Sud-Est. C’est le deuxième éminent conservationniste à mourir en Afrique de l’Est en l’espace d’une année. Le Sud-Africain Wayne Lotter, dont les travaux ont ciblé la contrebande d’ivoire de l’Afrique vers l’Asie, est également décédé en Tanzanie en août 2017.

Source :

Africanews