Accueil Science Des scientifiques algérien et sud-africain obtiennent les félicitations de l’Union africaine

Des scientifiques algérien et sud-africain obtiennent les félicitations de l’Union africaine

0
PARTAGER
Salle de conférence de l'Union Africaine/Source : Wikimedia Commons/Département d'État des États-Unis

Le professeur algérien Malik Maaza et le professeur sud-africain Robert Peter Miller ont été honorés pour le prix scientifique Kwame Nkrumah 2017 lors du récent sommet de l’Union africaine (UA).

Une récompense de portée internationale

Le prix scientifique Kwame Nkrumah est décerné chaque année à des chercheurs et des scientifiques africains pour leurs recherches dans différents domaines de la technologie et des sciences sociales. Maaza a été récompensé par l’UA et l’UNESCO pour les recherches en nanotechnologie qu’il a mené dans son centre de recherches basé à Pretoria, tandis que Peter Miller a été honoré dans la catégorie des sciences de la vie et de la terre. La cérémonie de remise des prix a eu lieu le premier jour du 30e sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’UA, à Adis Abeba, en Éthiopie. Chacun des lauréats a reçu un chèque de 100 000 $ pour renforcer sa capacité de recherche dans les domaines des sciences fondamentales, de la technologie, de l’innovation et des sciences de la vie et de la terre.

Logo UNESCO/Source : Wikimedia Commons

Deux pionniers africains dans leur domaine respectif

Le professeur Miller a mené des recherches d’envergure mondiale sur les régulateurs peptidiques des hormones de reproduction. Il a été le pionnier de la découverte de la prohormone GnRH, des nouvelles structures de la GnRH et du premier clonage des récepteurs de la GnRH I et II. Sa recherche a ouvert la voie pour le traitement primaire du cancer de la prostate, la puberté précoce, les maladies hormono-dépendantes chez la femme et la fécondation in vitro. Le professeur Maaza, quant à lui, est le pionnier et l’architecte des nanosciences et des nanotechnologies en Afrique. C’est sa contribution dans la stimulation de l’excellence académique et la mise en relation des centres de recherches, des chercheurs, des communautés locales sur tout le continent qui lui a valu la reconnaissance internationale de l’UNESCO.

Source :

Africanews