Accueil Economie Les agriculteurs du Malawi utilisent des répulsifs « maison » pour lutter...

Les agriculteurs du Malawi utilisent des répulsifs « maison » pour lutter contre les chenilles légionnaires

0
PARTAGER
Chenilles légionnaires d'Afrique/Crédits photo : Le360 Afrique

Les agriculteurs du Malawi ont recourt à des remèdes « maison » pour combattre les chenilles légionnaires. Cette solution était inévitable, car ils n’arrivent plus à trouver des produits antiparasitaires sur le marché.

Une concoction fait maison

Les chenilles légionnaires ont attaqué plusieurs fermes vers la fin de l’année 2017, infectant au moins la moitié des champs de maïs du pays. Cette situation a poussé les agriculteurs à chercher d’autres moyens pour repousser ces insectes ravageurs étant donné qu’il n’y a plus de produits antiparasitaires dans les magasins. James et Jessy Kanjala, qui vivent dans le district de Mulanje, affirment qu’ils ont réussi à éliminer les chenilles légionnaires de leur ferme avec une composition à base d’eau, de piment pilé et de sel.

L’agriculture au Malawi/ Crédits photo : Wikimedia Commons/Swathi Sridharan

Une solution qui arrive un peu tard

« Avec cette concoction locale, les chenilles légionnaires meurent instantanément. Ainsi, si toutes les familles d’agriculteurs adoptaient ce pesticide local, nous pourrions sauver les récoltes », a déclaré James. « Les trois quarts de la récolte de maïs ont été détruits. En tant qu’agriculteurs, nous avons réalisé assez tard que les chenilles étaient devenues résistantes aux pesticides traditionnels. Mais ceux d’entre nous qui ont appliqué cette concoction locale ont réussi à sauver nos récoltes. Peut-être que si nous avions découvert cette méthode plus tôt, beaucoup plus de récoltes auraient été sauvées », a déclaré Jessy. Il est important de noter que le Malawi est périodiquement frappé par des pénuries alimentaires car ce pays tropical d’Afrique australe dépend fortement de l’agriculture pluviale et la majeure partie du maïs qu’il produit est cultivé sur de petites parcelles par des agriculteurs de subsistance.

Source :

Africanews