Accueil Politique Le gouvernement camerounais poursuivi en justice suite à la fermeture d’Internet dans...

Le gouvernement camerounais poursuivi en justice suite à la fermeture d’Internet dans les régions anglophones

0
PARTAGER
Une femme qui surfe sur Internet/Crédits photo : Shutterstock

Le gouvernement camerounais fait l’objet d’une poursuite judiciaire devant la plus haute juridiction du pays à propos d’une panne d’Internet dans les régions anglophones de l’État.

KeepItOn/Source : Access Now

Access Now et Internet Sans Frontières demandent au gouvernement de rétablir Internet

Deux groupe de défense de la liberté, Access Now et Internet Sans Frontières (ISF), ont récemment lancé une action en justice contre la fermeture des connexions Internet dans les régions anglophones du Cameroun. Une décision qui aurait été ordonnée par le gouvernement. « Nous fournissons des conseils d’experts sur les exigences en vertu du droit international et des droits de l’homme, et exhortons la cour à mettre fin à la fermeture pour de bon », a-t-on pu lire dans un communiqué d’Access Now. Les deux groupes sont sous la bannière de la coalition #KeepItOn et ils ont même publié une documentation détaillée concernant les coûts entraînés par la fermeture du réseau Internet. Cette procédure judiciaire suit deux actions antérieures induites en avril 2017 et visant à obtenir une décision judiciaire définitive sur cette affaire.

Source : Point Afrique

Rappel des faits

Le 30 septembre 2017, le gouvernement a imposé des restrictions sur l’accès aux réseaux sociaux, y compris Facebook, Twitter et WhatsApp. Cette décision a été prise en dépit du fait que le gouvernement ait déclaré qu’une telle mesure ne devait pas être mise en œuvre. Cette déclaration a été faite la veille d’une déclaration symbolique d’indépendance des deux régions anglophones sous la bannière de l’État d’Ambazonia. À l’époque, un vaste déploiement de sécurité à travers ces régions a été mis en place, et des affrontements ultérieurs entre les séparatistes et les forces de sécurité ont fait des morts, des blessés et des arrestations massives. De plus, ce n’était pas la première fois qu’une telle interruption du service Internet se produisait dans ce pays d’Afrique centrale.

Source :

Africanews