Accueil Société Libye : l’esclavage n’a jamais été aboli

Libye : l’esclavage n’a jamais été aboli

0
PARTAGER

Rumeurs ou réalité, une chose est sûre : le trafic d’êtres humains en Libye provoque du « bruit » partout. À la radio, dans les journaux et même sur les réseaux sociaux, presque tout le monde en parle. En considérant et en analysant les informations diffusées dans les médias, il devient très difficile de croire qu’elles relèvent de l’intox.

Des témoignages et des preuves partout

Il y a quelques jours, des journalistes de la chaîne télévisée américaine CNN ont pu filmer des scènes montrant des images irréfutables sur le commerce d’êtres humains en Libye. La vidéo a été par la suite diffusée et reprise par d’autres chaînes comme France 2. Par conséquent, le monde entier est choqué et les réactions ne cessent de se multiplier sur les réseaux sociaux. Si la plupart des populations mondiales ne découvrent le phénomène que maintenant, de nombreuses entités et organisations ont déjà fait sonner l’alarme depuis longtemps en s’appuyant sur des faits et témoignages réels.

Des Hommes mis en vente aux enchères

Actuellement, l’accumulation de preuves renforce davantage la véracité des résultats obtenus par de nombreux journalistes et ONG à travers leurs investigations. Rien qu’en s’appuyant sur les images de CNN, force est de constater que de nombreuses personnes sont vendues aux enchères. Dans la plupart des cas, les victimes sont d’origine érythréenne ou éthiopienne. Pour sa part, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a déjà publié un rapport sur le phénomène, mais cela n’a pas trop attiré l’attention du reste du monde.

Un business illégal très rapportant

Chaque année, le commerce de personnes fait gagner des centaines de millions de dollars à des groupes mafieux. Ce qui est une réalité paradoxale dans un pays où l’économie souffre énormément. En parallèle, l’importante rentabilité du marché explique, aujourd’hui, la prospérité de ces groupes inhumains qui ne cherchent qu’à générer le plus de profit en vendant quelques-uns de leurs pairs. Maintenant, on se demande pourquoi la communauté internationale n’a jamais pu résoudre ce problème.