Accueil Politique Deux hommes d’État africains complices d’une affaire de corruption aux États-Unis

Deux hommes d’État africains complices d’une affaire de corruption aux États-Unis

0
PARTAGER

Étant des acteurs secondaires à l’affaire de blanchiment d’argent fait par un ancien premier ministre de Hongkong et un ancien ministre des affaires étrangères du Sénégal, les présidents tchadien et ougandais figurent dans la liste noire de la juridiction américaine. Leurs participations à la réalisation d’un projet illicite en faveur d’une compagnie pétrolière chinoise ont permis d’établir un acte d’inculpation le 16 novembre aux États-Unis.

Une accusation vérifiée du président tchadien

Bien qu’Idriss Debi Itno, président tchadien ne soit pas le cerveau de cette sale affaire de haut niveau, son accusation serait justifiée. Selon la plainte américaine, cette figure politique aurait perçu un pot-de-vin de 2 millions de dollars du secrétaire général de l’ONG chinoise CEFC, Chi Ping Patrick Ho. Un acte de corruption qui s’est déroulé en octobre 2014. L’importante somme avait pour objectif de favoriser l’activité commerciale de la société chinoise au Tchad. N’étant pas en relation directe avec le président tchadien, le businessman chinois a dû établir ce plan farouche avec l’aide du ministre des affaires étrangères sénégalais Cheikh Tidiane Gadio. En échange, ce dernier a bénéficié de 400 000 dollars sur son compte à Dubaï.

 

Une inculpation bien fondée du président ougandais

Toujours en vue de promouvoir les échanges de coopération énergétique, Ho est soupçonné d’avoir fait parvenir un pot-de-vin 500 000 dollars à Yoweri Musseveni, président de l’Ouganda, par l’intermédiaire d’une banque new-yorkaise. Pour cacher son opération malfaisante, l’homme d’affaire chinois a qualifié cet argent de don à la campagne de réélection du président de l’Ouganda. Bien que le nom de la société chinoise ne soit pas clairement mentionné dans le dossier d’inculpation, les faits semblent le dévoiler sans aucune hésitation. L’homme d’État ougandais serait alors un complice irréfutable de cette affaire de haut rang. Poursuivis pour corruption et blanchiment d’argent à l’échelle internationale, Gadio et Ho risquent plusieurs années d’emprisonnement.